5G consternation

Accepter sans opposition une antenne relais de l’opérateur « A » est la porte ouverte à l’opérateur « B » et « C ».

Une opposition doit être motivée et respecter un délai et un formel.

Un avocat de 75 kg et un privé de 75 kg n’ont absolument pas le même poids sur la balance administrative et juridique, pensez-y !

Un délai d’opposition dépassé = une perte du droit d’opposition, même si le dossier est douteux ou illégal, et vous n’avez plus rien dans les mains, ni accès a ce qui a été public !

Chaque opérateur respectera probablement des normes, lesquelles ne correspondent à aucun critère cohérent avec le monde du vivant.

Pour une mise à l’enquête, le seul moyen de savoir si c’est de la 5G, c’est la constatation des fréquences dans le dossier. Ce fait est voulu pour vous dissimuler ce qui ne veut pas être dit et qui n’est pas à votre portée.

Ceux qui croient que l’on installe encore de la 2G ou 3G ont plus de 10 ans de retard.

Aujourd’hui, dans les centres urbains, il faut démonter de l’opérationnel, car l’électrosmog présent est déjà largement à saturation, pour imposer du dernier cri présenté comme indispensable … alors qu’il est inutile et destructeur !

3 opérateurs = 3 x plus de nuisances.

Par endroits, (exemple Estavayer) les antennes 5G ont été montées sans autorisation, avec grand fracas publicitaire national et fierté, à l’insu de l’autorité communale et cantonale.

Un remplacement d’antenne existante, par de la 5G, peut ne pas passer par une publication pour des motifs internes à l’administration.

Une demande pour de la 4G, n’empêchera pas l’opérateur de monter de la 5G.

La majorité des autorisations sont délivrées par des autorités qui n’ont aucune compétence pour comprendre le dossier technique qui n’est pas à leur portée. Les contrôles sont impossibles faute de moyens techniques et faute à du personnel compétent inexistant, la confiance aveugle et trompée nourrit grassement une finance avide et sans scrupules.

Chaque opérateur sera conforme à l’ORNI. L’ORNI est un accouchement politico-financier et non le résultat d’une étude.

L’ORNI, qui a 20 ans (1999), ne prend pas en compte la santé, la vie et le dommage physique/génétique.

L’ORNI ignore le fait que l’électosmog a été multipliée par des facteurs supérieurs à 1000, et les victimes ne sont pas prises en compte.

Il y a quelques mois, les opérateurs affirmaient que la 5G ne nécessitait pas l’installation de nouvelle antenne, aujourd’hui, on parle de 15’000 antenne supplémentaire, et ce n’est qu’un début …

Une antenne, c’est clairement définit par un support. En réalité, ce support peut très bien avoir 3, 6, 9, ou même beaucoup plus d’émetteurs sur une seule antenne.

En ajoutant 15’000 antennes au parc Suisse  déjà existant, on arrive à plus de 30’000 mâts. On dépasse très facilement les 100’000 émetteurs … !

Est-il justifiable de détruire une énergie électrique monumentale pour faire fonctionner 24/24, 365/365 des antennes nuisibles, pour des services addictifs et destructeurs dont on se passe très bien, et qui nous sont présentés comme indispensables …

Les émetteurs de l’armée, des pompiers, de la police, etc …, ne sont pas publiés et s’ajoutent à l’électrosmog ambiant.

Les radars du contrôle aérien sont de puissants vecteurs d’électrosmog, il n’y a ni norme ni contrôle ni publication à ce sujet.

Chaque objet connecté est une perturbation du vivant, autant par ses émissions que par son mode de fonctionnement irrégulier, que l’on peut très bien imager par un orage permanent qui traverse votre corps qui n’en veut pas.

L’œil ne détecte pas le bruit quelle que soit sa puissance, l’oreille ne détecte pas la lumière quelle que soit sont intensité, le corps humain n’est pas en mesure de supporter l’irradiation nucléaire. Croire que le corps n’est pas perturbé par l’électrosmog, qui est aussi une irradiation, c’est ignorer que tout est électro-chimique dans le corps humain et que chaque agression demande réparation, … jusqu’à la rupture et au point de non retour !

Pour lutter contre l’électrosmog, on peut désactiver la source d’émission, diminuer la source d’émission, s’éloigner de la source d’émission, et aussi blinder la source d’émission. Avec le blindage, l’effet sera minimisé, mais pas éliminé.

L’électrosmog est quasi inexistant à l’état naturel et a été multiplié par des milliards de milliards de fois en moins de 30 ans.

En 2004, VALAIS – VAUD – FRIBOURG – NEUCHATEL – JURA et BERNE on édité une brochure sur l’électrosmog, relevant qu’il y a 2 à 5 % de personnes sensibles (déjà en 2004).

15 ans plus tard, en 2019, les personnes victimes de l’électrosmog, sont nettement plus nombreuses, et ont disparu des statistiques. L’électrosmog a été multiplié par un facteur 1000 de 2008 à 2018, il y a forcément des conséquences. De 2018 à 2028, sur la lancée prise, ce sera encore une fois multiplié par 1000. Mathématiquement 2008-2028 = multiplié par 1’000’000.

Depuis 2003, toutes les assurances n’assurent aucun risque lié à l’électrosmog.

Le syndrome d’intolérance à l’électrosmog, qui met hors du circuit professionnel, social et familial, est exclu des prestations de l’Assurance Invalidité.

Le Conseil Fédéral a déjà été éconduit à 2 reprises pour l’augmentation des normes d’irradiation ORNI. Les lobbyistes auront votre argent … et votre peau.

La 5G n’est pas mesurable techniquement, des pointes d’émission trop élevées et trop rapides, des canaux multiples et des fréquences hyper-hautes. Comme la loi ne leur convient pas, la mesure pourrait être remplacée par un calcul … !

Aujourd’hui, il est fait la proposition de mesurer (ou calculer) l’ électrosmog en valeur moyenne (ou nivelée) sur 24 heures. La fin justifie les moyens. Ce que vous refusez sera imposé.

L’électrosmog par impulsions perturbe plus le corps humain que l’électrosmog sinusoïdal .

Le nucléaire, le soleil et l’électrosmog, ont le point commun de nuire à la vie selon le principe « durée – intentisé – tolérance« .

La 5G, les objets connectés, c’est livrer sa vie et perdre sa sphère privée.

Une antenne proche de chez vous, c’est une moins-value immobilière, une nuisance, un risque pour votre santé, une probabilité de ne plus pouvoir revendre le bien immobilier.

De nombreuses régies immobilières responsables ne louent pas des services aux opérateurs, déjà rien que déjà sur le principe de précaution.

Juridiquement et pénalement, seuls la commune qui délivre l’autorisation et le propriétaire du fond qui reçoit la nuisance, sont poursuivables. Les opérateurs ont été dédouanés de toute responsabilité par la Confédération.

Contrairement à certaines convictions individuelles profondes, l’intolérance aux ondes électromagnétiques peut toucher n’importe qui !

Le blindage d’un bien immobilier coûte 30 % de plus-value à la rénovation, et 15 % à neuf, c’est pour votre pomme, et quand vous sortez vous êtes en danger, pelouse et balcon inutiles.

Déjà en 2013, région de Zurich, un lotissement a été construit en « Zone Blanche » (= baubiologie). Le surcoût de 30% a été facturé aux gens malades qui s’y sont réfugiés.

www.arcinfo.ch, du 17.07.2019, page 3, au Val-de-Ruz / NE, Swisscom va remplacer sur son mat, des émetteurs de 3’000 watts, pour des émetteurs totalisant 156’000 watts. (52 fois plus). L’argent le motive, la politique le veut (l’argent ou l’émetteur … ?), la vie et l’environnement sont à négliger, l’humain ne se résume qu’à son porte-monnaie !

One thought on “5G consternation”

Comments are closed.